Historique de Boissy l'Aillerie

Deux gués, des falaises, un mamelon entouré de deux vallées, ont déterminé l'emplacement du village. Celui-ci s'est probablement créé au moment de la grande expansion démographique du néolithique, entre 2000 et 1000 ans avant notre ère, soit il y a plus de 3000 ans.
Il s'est installé à mi-côte, sur un replat de terrain, comme de nombreux villages néolithiques. Une hache de jaspe poli, trouvée dans les fondations d'un mur du village, atteste d’une présence humaine à cette époque.

Des mégalithes, à la croisée des chemins pré-romains, montrent la continuité de l'occupation du sol à travers les âges du bronze et du fer, jusqu'à la période historique.

Le nom de BOISSY L'AILLERIE signifie « touffe de buis dans les « halliers* ».

A l'époque de César, c'était un village véliocasse, sur la double route de Beauvais (capitale des Bellovaques) à Meulan (place frontière des Véliocasses) et à Poissy. Ces chemins croisaient la grande route de Lutèce à Lillebonne, appelée, par la suite "Chaussée Jules César", vers REAL et SAINT-LEGER.

Riche d'histoire, le Bourg conserve peu de souvenirs, ayant été détruit à plusieurs reprises, par les Normands d'abord, puis en 1433 par les Anglais et en 1590 au temps des guerres de religions.
C'est au XIIIème siècle qu'il paraît avoir eu sa plus grande prospérité : BOISSY L'AILLERIE comptait alors environ 900 habitants et s'étendait à peu près comme le centre ancien actuel.

Les murailles du Bourg, élevées au XIIIème siècle, détruites et reconstruites par la suite, formaient une suite continue de courtines au long desquelles couraient un fossé et un chemin de rondes. Elles comportaient neuf tours et quatre portes. L’église a été édifiée au XIIIème siècle (reconstruite en 1848). Le chœur est protégé au titre de la législation des Monuments Historiques (Inscription à l'Inventaire le 16 juin 1926). Le château de Réal, en grande partie du XVIIème siècle, construit en bordure de l'antique passage, au voisinage du gué et de la chute d'eau, est également inscrit à l'Inventaire supplémentaire, par arrêté ministériel en date du 25 février 1974.

Autre bâtiment marquant du Bourg : l’ancien Moulin de l’Avouerie, datant également du XVIIème siècle.

Du centre ancien de BOISSY L'AILLERIE, il reste les grands corps de fermes, datant des XVIII et XIXème siècles qui témoignaient, il y a peu, de la grande richesse agricole du Bourg. Les bâtiments ont été transformés en habitations collectives. D'autres corps de fermes, de plus petites dimensions, se dispersent dans le Bourg
*Hallier : gros buisson où se réfugie le gibier.

L’église Saint-André (également dédiée à Saint-Jacques et Saint-Philippe)
L’église de Boissy l’Aillerie est édifiée au IV ou Ve siècle sur l’emplacement d’un temple gaulois dédié à Cybèle. Elle est construite en pierres de taille locale. Sa façade « moderne » est de style gothique et ses fenêtres comme ses arcs-boutants sont inspirés de la Cathédrale de Chartres. L’Eglise contient une statue de la Vierge à l’enfant en pierre monolithe, classée parmi les monuments historiques. Elle ne présente pas la configuration traditionnelle d’une église rurale : elle est plus vaste et a l’apparence d’une collégiale du XIIIe siècle, ce qui indique l’importance du bourg à l’époque.
Croix Pattée, XIIe siècle
Dite de Saint-Eloi, la Croix Pattée de Boissy l’Aillerie aurait été érigée à la fin du XIIe siècle à une croisée des chemins : ces croix succédaient à des murgers (tas de pierres) ou à des « arbres de Mercure » gaulois. Elle a été déposée en 1971 à l’aplomb du portail de l’église.


Les sites remarquables
Chaussée Jules César
Fontaine romaine
Lavoir
La grange des dîmes (aujourd’hui en ruines)
Eglise Saint-André
Croix Pattée, XIIe siècle
Moulin banal
Manoir de Réal, XIIe – XVIe siècle


Moulin banal ou grand moulin, XIe siècle
Il appartenait aux abbés de St Denis et était loué aux fermiers.
Le bail le plus ancien qui soit conservé date du 8 septembre 1481.
Le petit moulin
Il date de 1790 et appartenait à Louis Vaugon et à son épouse Adélaïde Quatremain.
La roue a été dérobée mais l’on peut toujours apercevoir son emplacement, indiqué par une petite fenêtre en forme de demi-lune.


Les deux moulins sont situés sur un bief de la Viosne creusé par Blanche de Castille
Les bâtiments des deux moulins sont aujourd’hui convertis en appartements.